Le chat noir tué dans l’angoisse en Meuse

Posted on 4, Mai 2013

Le chat noir tué dans l’angoisse en Meuse

Avec Daniel Forès, depuis 2010 et une victoire dans une épreuve écourtée par la tempête, la malchance était au rendez-vous au Rallye de Meuse. En 2011, après un an de repos forcé, la 306 Maxi était de nouveau de sortie. Nous n’avons même pas vu le départ de la première spéciale, l’alternateur avait lâché. L’an passé, alors que nous étions bien installés en tête c’est une pièce « à deux balles » qui nous a contraints à l’abandon au départ du dernier tour.

C’est donc un peu avec la peur au ventre que je me retrouve au départ de l’édition 2013 pour mon premier Rallye de la saison avec Daniel. Lui a déjà remporté le Rallye de Printemps, mais c’était son fils Vincent qui était à ses côtés. De mon côté des impératifs d’emploi du temps ne me permettaient pas d’être au départ du Rallye Lyon-Charbonnières avec Armando Pereira. Mon choix de courir le Rallye de Meuse en a été facilité.

Tout a très bien commencé pour nous puisque nous avons réalisé le meilleurs temps de la première spéciale et qu’un de nos principaux adversaires, Philippe Grosjean, a été retardé par une crevaison sur sa Mégane Kit-car.

Mais on savait que sur sa BMW M3, Maxime Goettelmann irait vite et il l’a prouvé dans le chrono suivant en s’imposant. Il faut dire qu’au départ de celle-ci une cosse de coupure de boîte s’est débranchée, ce qui nous a fait perdre un peu de temps.

Nous nous sommes rattrapé en remportant les deux spéciales du tour suivant. Pourtant, dans la quatrième nous avons senti une odeur de vapeur d’eau dans la voiture. A l’arrivée, nous nous sommes aperçus que c’était un filetage de durite qui était défectueux.

A l’assistance, nous avons eu le temps, aidé par quelques personnes de faire une réparation à la « Mac Gyver ». Malgré tout c’est avec angoisse que j’ai entamé le dernier tour. Angoisse de savoir si la réparation allait tenir et aussi angoisse parce que c’est au départ de cette cinquième spéciale que nous avons renoncé l’an passé. Finalement tout s’est bien passé et une nouvelle fois nous avons signé le meilleur temps pour remporter l’épreuve devant Maxime Goettelmann et Philippe Grosjean. Le chat noir du Rallye de Meuse a été tué.

Car les organisateurs ont été contraints d’annuler le dernier chrono. Sébastien Burtin en sortant dans la boucle précédente a fait se coucher un poteau électrique sur la route. Heureusement, plus de peur que de mal pour l’équipage dont les nouvelles ont vite été rassurantes.

C’est donc la deuxième victoire de Daniel Forès cette saison, la première pour moi. On ne rééditera probablement pas cette performance les 11 et 12 mai au Rallye Dijon-Côte d’Or. Mais en deux roues motrices, nous avons des chances de bien figurer.