J’ai rarement connu un rallye Vosgien aussi difficile !

Posted on 7, Oct 2012

J’ai rarement connu un rallye Vosgien aussi difficile !

Au jeu des baquets musicaux, je me suis finalement retrouvé avec Daniel Forès au Rallye Vosgien. Marielle Grandemange étant engagée avec Eric Mauffrey, c’est son navigateur habituel, Gaëtan Houssin qui a navigué Armando Pereira et j’ai donc copiloté Daniel.
Sur le papier, la mission n’est pas simple. Outre les six WRC, dont celles d’Hirvonen et Ostberg, il y a Eric Mauffrey, lui aussi sur une 306 Maxi. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les choses ne débutent pas très bien. Alors qu’un véritable déluge s’est abattu sur la région de Remiremont, nous avons des problèmes électriques qui nous empêchent d’utiliser le pare-brise chauffant. A la fin de la première spéciale, mon pilote a envie de tout arrêter, moi aussi. Mais finalement, en regardant les chronos, nous nous rendons compte que ça vaut peut-être le coup de continuer.
Dans la spéciale suivante, la dernière de la journée, ou plutôt de la nuit, nous n’utilisons que deux phares au lieu de quatre. Il y a moins de buée dans l’auto. Et nous sommes bien contents de rentrer au parc fermé. Tard, pourtant nous ne sommes pas les plus à plaindre.
Samedi matin de bonne heure, nous partons en pneus pluie étant donné que Daniel n’utilise plus les mixtes. Le premier tour se passe bien. Le beau temps étant revenu, nous montons les slicks pour le deuxième tour. Bonne pioche car nous reprenons 20’’ à Cédric Robert classé sixième juste devant nous. 
Sauf que dans la première spéciale de la dernière boucle, alors que nous roulons pour être à l’arrivée, celui-ci sort la grosse attaque : « je le connais ton pilote, je me méfie » m’avoue-t-il à l’arrivée. Sixième ou septième, il n’y a plus vraiment d’enjeu.
Et puis il était temps qu’on arrive. En descendant la voiture du plateau le lendemain, Daniel n’a pas pu mettre en route la 306, le démarreur a rendu l’âme. Les amortisseurs étaient desserrés à la fin de l’épreuve.
J’ai déjà disputé pas mal de Rallye Vosgien, mais sincèrement, celui là aura été un des plus difficiles, surtout le vendredi. Ce sera certainement plus facile à Morfontaine, puis à Bourbonne-les-Bains. Même si nous sommes qualifiés, nous ne sommes pas sûrs d’aller disputer la finale de Gap. Le trajet est long pour Daniel qui pourrait privilégier sa vie familiale.