Un Courtois et un discourtois nous embêtent au rallye Ruppéen !!!

Posted on 6, Juil 2012

Un Courtois et un discourtois nous embêtent au rallye Ruppéen !!!

Si ma mémoire est bonne, avec Daniel Forès nous ne gardons pas un souvenir impérissable du Rallye Ruppéen de l’an passé qui s’était terminé dans un fossé. Heureusement, ça s’est mieux passé cette année.
Mais avant toute chose, transposons-nous à l’arrivée de la deuxième spéciale. En sortant de celle-ci, nous nous retrouvons coincés derrière un homme à vélo, avec une faux sur l’épaule. Il zigzague devant nous pendant plus d’un kilomètre nous empêchant de le doubler. A force de zigzaguer, le quidam finit par tomber, par chance pas sur sa faux.
C’est alors que sa colère se déchaîne. Il s’en prend à Daniel verbalement, puis agrippe ma portière et finit par faire exploser la vitre. Il s’attaque ensuite à l’aile de la 306 avant d’asséner un coup de poing à mon pilote… Il m’a vraiment fait peur ce c… !
Malgré tout nous arrivons à repartir, prévenons le PC de notre mésaventure et galérons pour trouver de quoi réparer la vitre prisée de la portière. Le soir nous ferons une déposition à la gendarmerie. Dans le tour suivant, l’homme est venu s’excuser : « un peu tard » lui a répondu Daniel. Dommage que nous soyons le 30 juin et que l’éthylotest dans les autos n’est obligatoire que le 1er juillet. Ça aurait peut-être valu le coup de le tester. Voilà pour le discourtois !
Le Courtois se prénomme Olivier. Il pilote une Mégane Kit-car. Alors que nous ne sommes pas très à l’aise dans la nouvelle spéciale de 8 km (Daniel, qui possède pourtant une excellent mémoire, a du mal à la mémoriser en entier), le vainqueur de l’an passé frappe un grand coup dans le second passage de celle-ci. Nous avons beau signer systématiquement le meilleur temps dans La Beuille, nous n’arriverons jamais à refaire notre retard et échouerons à 3’’7 de lui.
Mais si le podium est quasiment assuré, nous nous battons dixième par dixième avec Steve Mourey pour la seconde place. La 206 S1600 nous domine dans Le Mont de Fourche. La 306 Maxi est supérieure dans la spéciale suivante. A ce petit jeu, nous avons fini par gagner pour quatre dixièmes.
Cette deuxième place, en tout cas, nous a bien rassurés et nous sommes très contents d’être à l’arrivée à cette place. Dommage pourtant que nous n’ayons pas pu nous battre pour la victoire avec Olivier Courtois.
En attendant, Steve Mourey semble vouloir une revanche au Rallye du 14 juillet. Il n’a qu’à bien se tenir.